Ouvrage_369

ATOMOS

D'une Caméra se jouaient les absents

Actuellement en prévente

200 pages

31 €

ISBN : 978-2-7570-0366-4

Ajouter au panier

Actuellement en prévente

En juin 2016 se déroulait à Budapest le festival cinématographique Résonances, inauguré par Éric Fournier, Ambassadeur de France en Hongrie, ainsi que par le célèbre cinéaste magyar István Szabó, qui réalisa, entre autres, Mephisto (1981 ─ Oscar du meilleur film étranger et Prix du scénario au Festival de Cannes) et Colonel Redl (1985 ─ Prix du Jury à Cannes). Cette première édition du festival Résonances alterna projections de films hongrois et français, conférences et classes de maîtres réunissant autour d'un intérêt commun pour le 7e art, des spécialistes de cet objet d'étude si singulier, ainsi que des artistes intrigués par leur propre praxis et soucieux de mieux la comprendre, en interaction avec un public tout aussi curieux. Des chercheurs aux disciplines et méthodes souvent éloignées, échangèrent pendant plusieurs jours avec des réalisateurs, des acteurs et scénaristes, autour de problématiques diverses et passionnantes, multipliant les prises de vue et révélant à chaque fois sous une lumière différente les aspérités bien souvent opaques et mystérieuses de cet art majeur, et sans doute insaisissable car substantiellement inachevé. C'est ce caractère poreux, presque évanescent de l'objet cinéma qui permet son étude interdisciplinaire, et le rend accessible à des investigations intrinsèquement hétérogènes mais finalement complémentaires, comme en témoigne cet ouvrage compilant, à la poursuite du même fantôme, les œuvres d'un photographe plasticien (Alain Fleischer), d'un mathématicien (Jean-Paul Delahaye), d'un historien de la philosophie (Jean-Joël Duhot), d'un historien de l'art et poète (Éric Suchère), d'un philosophe et historien de l'art (Bernard Lafargue), d'un cinéaste expérimental (Fabrice Lauterjung), d'un spécialiste en art moderne et contemporain (Philippe Roux), d'un sociologue (Gábor Eröss), d'un historien du cinéma magyar (Adrián Lips), d'un théologien (Élie Ayroulet) et d'une psychologue (Célia Vaz), d'un professeur de littérature (Dominique Vinay), d'une spécialiste de la littérature hongroise (Anita Rakocky), d'une réalisatrice et productrice française (Dorothée Landelle), sans oublier la préface de Csaba Berecky, réalisateur et scénariste, directeur des relations internationales du Fonds National du film hongrois.

SOMMAIRE

Csaba BERECZKI Préface Alain FLEISCHER La photographie ou l’image paradoxale Fabrice LAUTERJUNG Avec les mots des autres Éric SUCHÈRE Un temps sans drame est un drame Jean-Joël DUHOT Les Enfants du Paradis et le Paris romantique de Nerval Adrián LIPS Katalin Karády et le Printemps mortel, Interprétations... Dominique VINAY L’œuvre (re)produite : ce que la pensée de Walter Benjamin doit à L’Ève future. Philippe ROUX Serge Daney : la restitution de l’expérience comme seul horizon Anita RÁKÓCZY Le piège de l’Œil pour le Moi – Une perception de Film de Samuel Beckett Bernard LAFARGUE Les mille et une croix du cinéma à l’aune de La Rose pourpre du Caire et du Songe de Constantin Célia VAZ et Élie AYROULET La  force» dans STAR WARS, ou la mise en scène d’une métaphysique panenthéiste Gábor ERÖSS La sociologie des films historiques Dorothée LANDELLE Corps en jeu, le poids d’une présence Jean-Paul DELAHAYE L’Art fractal est un art !

Panier

Votre panier est vide

Frais de port offerts

Paiement en ligne sécurisé par Banque Populaire

Logo_cyberplus

Newsletter