Ouvrage_232

Philippe PAILLARD

La Cour des monnaies de Lyon

L'ordre monétaire au service de l'absolutisme monarchique dans le sud de la France

324 pages

48 €

ISBN : 978-2-7570-0095-3

Ajouter au panier

L'ordre monétaire au service de l'absolutisme monarchique dans le sud de la France

A l'aube du règne absolu de Louis XIV, Lyon reste une ville frontière sans rôle politique ni parlement, et entièrement dans la main des Villeroy, très proches du souverain. Son poids économique et financier est cependant considérable, avec des relations très étendues avec les marchés intérieurs et étrangers. Son industrie textile et les métiers qui gravitent autour, notamment les tireurs d'or, en font une grosse consommatrice d'or et d'argent, importés de l'étranger pour alimenter les Monnaies royales et fabriquer des espèces en un temps où l'on considère l'abondance monétaire comme une source de prospérité. Or, les métaux précieux se faisant rares, Lyon donne la préférence à son économie au détriment des ateliers monétaires. Enfin, la désastreuse politique financière de Louis XIV, marquée par des manipulations incessantes pendant plus de 30 ans sur la valeur des monnaies, va favoriser la fraude dans une grande partie du royaume, particulièrement dans le sud de la France et les pays limitrophes. Lyon par son rayonnement international sera à la tête de ce trafic, provoquant la colère royale et des complications politiques et diplomatiques au plus haut niveau tant les personnages compromis sont de haut rang. La création de la Cour des monnaies en 1704 révélera l'étendue et la gravité de cette fraude dont l'éradication sera confiée à Nicolas Foy de Saint Maurice. Puis la Cour des monnaies de Lyon perdit ce rôle, servit même la politique de Louis XV, et permit le développement d'une classe aristocratique dans la ville à côté de ses élites marchandes.

Panier

Votre panier est vide

Frais de port offerts

Paiement en ligne sécurisé par Banque Populaire

Logo_cyberplus

Newsletter